Les chèvres angora

La chèvre angora est une race très ancienne, dont les premiers témoignages remontent à 2000 ans av. J.-C. au Tibet et du Cachemire. Vers le 11ème siècle, elle arrive en Turquie, dans la région d'Angora (devenue depuis Ankara) d’où elle tient son nom. Après une implantation en Europe au 19ème siècle, son élevage est tombé en désuétude avec le recours aux fibres dérivées du pétrole ou issus de pays à très faible coûts de production (Afrique notamment).
Aujourd'hui, les chèvres qui constituent le troupeau français ont été importées dans les années 1980 en provenance principalement du Commonwealth : Canada, Australie, Nouvelle-Zélande et Afrique du sud.
Cette chèvre de petite taille, très rustique, est bien adaptée aux régions arides. Les mâles pèsent entre 40 et 60 kg et les femelles entre 30 et 40 kg.
Sa toison est entièrement blanche aux mèches longues, soyeuses et lustrées. De sa toison, on tire la fibre appelée Mohair. La toison pousse à la vitesse d'environ 2,5 cm par mois, et on obtient donc au bout de six mois une fibre de 13 à 14 cm. Les poils ont une finesse variant entre 22 et 30 microns.
Les chevreaux sont tondus pour la première fois à l’âge de 6 mois. Il y a deux tontes par an. Après la tonte commence le rigoureux travail de tri des fibres qui s'effectue en plusieurs étapes.
Les fibres les plus fines sont réservées pour des articles destinés à être portés à même la peau. Les fibres les plus gonflantes sont tissées en couvertures et plaids. Enfin, une troisième catégorie sera mélangée à de la laine pour donner des produits souples et résistants.

Chèvres

Nos chèvres

Le troupeau de la Bergeronnette compte une soixantaine de chèvres et chevreaux destinés a la production de mohair transformé en pelotes et articles vendus a la ferme et sur notre site.

Élevé selon les principes de l'agriculture biologique, notre troupeau est conduit en système pastoral. Nos chèvres pâturent toute l'année sur les prairies et parcours de l'exploitation et ne sont rentrées en bâtiment que lorsque les conditions climatiques l'exigent, ainsi que pour leur mise-bas pour en faciliter la surveillance. Car malgré leur douceur et leur côté discipliné (héritage de leurs origines « so british » du Commonwealth) ; ces biquettes manquent souvent d’instinct maternel. Il nous faut donc être très présent durant les mises bas et les premiers jours de vie des chevreaux.

Notre troupeau est tondu deux fois par an au mois de mars, juste avant les mise bas, et en septembre. Pour la suite du processus de transformation de la laine, nous avons fait le choix de rentrer au sein d’un groupement d’éleveurs, la SICA Mohair. Cela nous permet de travailler collectivement à la transformation notre matière première, en garantissant traçabilité et qualité sous le label « mohair des fermes de France ».